Surface – Olivier Norek

Noémie Chastain est flic à Paris, capitaine et cheffe de groupe aux STUPS. Lors d’une perquisition, le dealer lui tire dessus en plein visage avec un fusil de chasse. Défigurée et cassée, elle s’apprête à vivre des mois difficiles, mais elle n’a qu’une seule envie : reprendre le boulot. 

Sauf que, personne ne veut plus d’elle, son nouveau visage dérange et renvoie l’image que chaque flic peut se faire tuer du jour au lendemain. Sa hiérarchie l’envoie alors un mois dans l’Aveyron, officiellement pour prendre du recul, officieusement pour fermer un commissariat. Elle se retrouve donc dans une ville tranquille située autour d’un lac. Ici, tout le monde se connait et sa nouvelle brigade lui semble bien pauvre en personnel, seuls 3 policiers et un chef l’entourent. 

Puis, un jour, un fut en plastique contenant un cops remonte soudain à la surface du lac. Et, avec lui, le passé trouble de cette petite ville Aveyronnaise.

Noémie prend l’enquête et va déterrer les lourds secrets de ces habitants.

Ce roman a reçu le Prix de la Maison de la Presse, le Prix Relay, le Prix Babelio-Polar et le Prix de l’Embouchure.

Autant te dire que c’est mérité !

J’ai tout aimé : l’enquête qui s’avère pleine de rebondissements inattendus jusqu’à la dernière page. Plus on avance et plus on découvre des détails sordides. On comprend bien que Olivier Norek est un ancien policier car tout est bien ficelé, bien décrit, et même si on n’est pas dans le milieu, il nous guide à penser comme un flic. Je me suis sentie presque comme un membre de cette brigade. 

Et puis les personnages ! Chaque habitant de cette ville a quelque chose à se reprocher. Ils ont tous englouti le passé et leurs secrets (au propre comme au figuré). Alors quand il ressort, ça part dans tous les sens. Tout le monde sait, mais personne ne parle de ce qu’il s’est passé 25 ans plus tôt.

Quant à Noémie Chastain, elle se lance à corps perdu dans cette enquête comme si c’était sa dernière chance de vivre. Elle est ambivalente, elle a beaucoup de colère et de peurs qui se mélangent, ce qui donne l’effet d’une bombe à retardement prête à exploser. J’ai beaucoup aimé ses échanges avec son psy et les relations qu’elles tissent avec les autres. J’ai bien ressenti les difficultés qu’elle a d’accepter son nouveau visage et de se montrer sous son vrai jour.

Les chapitres sont courts et donnent un rythme effréné. Une lecture hors d’haleine, il a fallu que je me dise à moi-même de penser à respirer ! Un livre qu’on lit presque d’une traite.

Bref, j’ai adoré ce roman, je me suis plongée dedans sans savoir à quoi m’attendre car c’est le premier Norek que je lis. Et je ne suis absolument pas déçu. 

Un très bon polar à dévorer !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :